jeudi 22 juin 2017

Des nouvelles du refuge LPO lycée Renaudeau-La Mode

Cela fait maintenant plus d’un an que le lycée Renaudeau-La Mode est labellisé refuge LPO. A l’approche des grandes vacances pour les lycéens, voici un bilan à la fin du mois de juin.
Depuis la mise en eau de la mare en mars dernier, la biodiversité s’est affirmée au lycée Renaudeau.
Les migrateurs sont revenus : martinets et rougequeues noirs, serins cinis, hirondelles de fenêtre et rustiques, coucous gris mais aussi huppes fasciées et tourterelles des bois ont fait entendre leurs chants.
Certaines de ces espèces nichent dans l’enceinte de l’établissement. Numériquement, ce sont les martinets qui écrasent la concurrence avec au moins 10 couples nicheurs. De nombreuses hirondelles de fenêtre viennent rejoindre ces derniers dans leur survol du lycée. 
 Nids artificiels d'hirondelle de fenêtre
Deux nids artificiels d’hirondelles de fenêtre (photo ci-dessus) ont été posés (un peu tard) en espérant qu’elles les remarquent et décident de les occuper en 2018. Leurs « cousines », les hirondelles rustiques se manifestent de temps en temps dans le ciel du lycée mais c’est sur l’autre site, le lycée de la Mode près de la Moine, qu’elles ont choisi depuis quelques années de s’installer (photo ci-dessous). Deux nichées sont arrivées à terme il y a quelques jours.
 Nid d'hirondelle rustique
Le printemps a aussi été l’occasion d’observer des reptiles sous les plaques refuges installées sur le site Renaudeau : vipères aspics et orvets fragiles (photo ci-dessous). Le lézard des murailles et le lézard vert sont également présents.
 Vipère aspic
Quant à la mare, l’installation de plantes aquatiques et la progression dans la saison lui ont donné une vie déjà intéressante (photo ci-dessous) : gerris, notonectes accompagnent les lymnées et les têtards de crapauds. Des libellules, dont la libellule déprimée, ont été observées autour du petit plan d’eau. Des pontes sont probables.
 La mare avec quelques plantes
En cette année chaude et sèche, la mare joue également son rôle de réserve d’eau pour les nombreux animaux qui viennent s’abreuver. Elle est devenue un lieu indispensable à la bonne santé des oiseaux du quartier.
Prochain bilan à la fin du mois d’août.


Jean-Michel Tricoire

mardi 6 juin 2017

Sortie botanique du 19 mai

Nous étions 4 ce samedi 19 mai 2017 à herboriser autour de l’étang forestier de Péronne sur la commune de Chanteloup-les-Bois. Le niveau d’eau exceptionnellement bas pour un mois de mai découvre de vastes zones exondées.
A la faveur de ces espaces nus et humides, probablement depuis plusieurs semaines, la Littorelle des étangs (plante protégée en France) se développe sur d’importantes surfaces ; c’est impressionnant. D’autres plantes également à tendance oligotrophe sont observées : l’Ecuelle d’eau dont nous admirons les minuscules et très discrètes inflorescences, la Véronique à écusson, le Jonc bulbeux (très abondant)... Nous cherchons en vain la Pilulaire à globules ; c’est très probablement un peu tôt en saison. L’Hottonie des marais, en fleur à cette époque, est absente dû fait très probablement de l’assèchement depuis trop longtemps de la petite dépression où elle se développe habituellement. Pas encore en fleur, la Gratiole officinale (autre plante protégée en France) est également visible. Nous faisons gouter à Cathy l’abernote, partie charnue et souterraine du Conopode dénudé.
Nous constatons l’absence de Polystichum lonchitis sur la digue, Ptéridophyte qui semble avoir disparue depuis les travaux de réfection de la digue.
Au bord de l’étang, on observe très clairement l’étagement de la végétation : chênaie-charmaie, saulaie, roselière à Roseau commun, zones exondées et plan d’eau. Dans ce dernier, à la faveur du niveau très bas de l’eau, les plantes aquatiques sont accessibles dont quelques characées comme une nitelle.
Côté "ornithologie", il est intéressant de noter la découverte sur la large zone exondée de deux coquilles d'œufs témoignant d'une éclosion récente de Petits gravelots. Un adulte a aussi été entendu et vu.
Michel profite de cette excursion pour observer divers invertébrés (coccinelles et chrysomèles notamment). Parmi, les coccinelles observées, Michel signale la Coccinelle asiatique, la Coccinelle des marais, la Coccinelle à virgule... et, du côté des Chrysomèle :  le Phédon du cresson, l’Agélastique de l’aulne, la Galérucelle aquatique...
Claude scrute de son côté les mousses et les lichens. Il précise qu’à Péronne une cinquantaine de Bryophytes (Mousses et Hépatiques ) est déjà notée. Parmi les espèces peu fréquentes dans les Mauges, il mentionne : Ephemerum serratum, Neckera pumila, Scapania nemorea, Zygodon conoideus... Il a également identifié quelques lichens comme Evernia prunastri, Xanthoria parietina, Physcia adscendens, Ramalina farinacea, Ramalina fastigiata...


mardi 2 mai 2017

Lycée Renaudeau






Le refuge LPO du lycée Renaudeau à Cholet poursuit ses actions en faveur de l'environnement.
A l'initiative de Jean Michel Tricoire, enseignant , une mare vient d'être créée et de nombreux nichoirs réalisés par les élèves ont été installés. L'an dernier un refuge à insectes avait été réalisé et des nichoirs à martinets intégrés sur une partie rénovée des bâtiments. Les fleurs sauvages tentent maintenant de se faire connaître et apprécier dans un périmètre non tondu, et en pied de mur.
Des idées  pour améliorer encore la biodiversité sur ce lieu bâti ont été échangées entre tous les invités à cette visite du Refuge LPO.
La sensibilisation des élèves, de leurs famille, des gens du quartier est aussi un des objectifs de ce travail.
cette démarche est encore rare dans les lycées et mérite d'être connue et soutenue !

Sur la photo, à droite, Jean Michel Tricoire, à gauche, Denis Biotteau bénévole à la LPO Anjou qui a beaucoup aidé Jean Michel.

Retrouvez l'article du Courrier de l'Ouest sur l'inauguration ici







samedi 29 avril 2017

Réunion du groupe local vendredi 28 avril

Au cours de la soirée, Jean-Do nous a proposé une passionnante immersion dans l’avifaune péruvienne. Ses photographies nous ont permis de découvrir des dizaines d’oiseaux du bord de mer, des zones humides et des espaces montagnards. Mais le milieu urbain permet aussi de belles observations.
Nous avons ensuite quitté l’Amérique du Sud pour les bords de la Moine grâce aux photos de Cathy qui a attiré notre attention sur des escargots d’eau qui se sont développés dans l’un de ses bassins. Restera à réaliser l’identification d’animaux dont nous ne sommes pas familiers.
Toujours grâce à Cathy, nous avons découvert de nombreuses photos de papillons prises lorsqu’elle résidait en Aquitaine.
Ensuite, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Alain Bertaudeau, le nouveau directeur de la LPO de Maine-et-Loire.  Celui-ci n’est pas un inconnu puisqu’il était administrateur depuis 2004.  Il nous a présenté les caractéristiques de sa fonction et dresser un bilan des moyens humains dont dispose la section de Maine-et-Loire. Une bonne vingtaine de personnes travaillent à temps plein pour l’association.
Alain nous encourage à établir davantage de lien avec l’agglomération du Choletais. La prise de contact positive avec la municipalité dans le cadre de la labellisation « refuge LPO » du lycée Renaudeau est un signe favorable.  Suite à la disparition de Mauges Nature, nous devons relancer les contacts avec l'Agglomération du Choletais pour concrétiser une convention qui intègre notamment l’exploitation de l’observatoire de Verdon serait pertinente. Affaire à suivre.
La soirée s’est achevée par quelques informations  sur l’atlas des mammifères dont la réalisation est sur le point de se terminer.
Hugues a apporté quelques portions de tapis de carrière pour réaliser des plaques refuges à reptiles. Jean-Michel (Tricoire) en a récupérées 8. Il peut vous en fournir si certains d’entre vous veulent établir des suivis.


Moucherolle vermillon - Pyrocephalus rubinus - Saca-tu-real / Lima

lundi 27 mars 2017

Avancement labellisation "refuge LPO" du lycée Renaudeau



L'approfondissement de la labellisation "refuge LPO" du lycée Renaudeau 
se poursuit en 2017.
Depuis quelques jours, l'établissement dispose d'une mare et une dizaine 
de nichoirs construits par des élèves ont été installés.
En parallèle, des échanges avec la municipalité de Cholet permettent 
d'étendre les actions en faveur de la biodiversité : fauchage tardif de 
la prairie communale, pose de plaques refuges pour les reptiles, prise 
en compte du fleurissement des pieds de murs.
Afin de marquer ces étapes, il parait important d'organiser un bref 
temps de rencontre afin de valoriser ces initiatives (la presse sera 
conviée).
Ce moment d'inauguration permettra notamment de mettre en avant le 
travail des élèves de 3ème PEP.

lundi 20 mars 2017

Lycée Renaudeau

Quelques photos prises en début de semaine au lycée Renaudeau.
La pose des nichoirs va se poursuivre dans les jours qui viennent.
Jean Michel Tricoire a disposé deux plaques refuges pour les reptiles dont il a photographié un spécimen lundi 13/03/2017





lundi 27 février 2017

Samedi 18 février. A la découverte des pics.


La veille au soir, il y avait eu une brève présentation des pics de notre région, leurs plumages, leurs chants, leurs cris. Ce samedi matin, nous nous retrouvons à dix neuf pour une séance de « travaux pratiques » près de l’étang de Peronne. Il fait frais, il y a du soleil, pas de vent ; le temps idéal.
En suivant le sentier qui longe l’étang, nous faisons des haltes régulières. L’un de nous en profite pour « repasser » brièvement le tambourinage de quelques espèces. Une première réponse, celle d’un Pic épeiche, qui sera ultérieurement trop vite aperçu. Réponse aussi d’un Pic épeichette, longuement entendue. Plus tard nous aurons la chance d’observer ce pic d’assez près, se déplaçant acrobatiquement sur des branches. Nous entendrons aussi le lointain tambourinage d’un Pic noir. Arrivés dans une zone plus dégagée, nous surprendrons même l’impressionnant grand pic en vol. Bilan, nous contactons 1 Pic noir, 2 Pics épeiches et au moins 3 Pics épeichettes.

Quelques autres espèces se signalent déjà par leurs chants : Rouge-gorge familier, Mésange charbonnière, Pinson des arbres, tandis qu’un petit groupe de Roitelets triple bandeau s’agitent dans la cime d’un pin. Ce sont 29 espèces en tout qui seront contactées  tout au long de ces trois heures. Pour de nombreux participants, l’occasion de nombreuses découvertes.



mercredi 8 février 2017

Comptage 2017 des chauve-souris à Cuon

Comme chaque année, le 5 février dernier nous avons compté les chauves-souris du site Natura 2000 à Cuon. Nous étions 6 avec, comme l'année dernière, un temps assez doux. Ces conditions météo ont certainement influencées les résultats avec beaucoup d'individus éveillés !
Et, comme l'année dernière, les résultats sont mitigés avec l'espèce principale, le Murin à oreilles échancrées, stable (avec quelques incertitudes sur les chiffres, certaines grappes étant très difficiles à compter) et la seconde, le grand Rhinolophe, encore en forte baisse. Nous espérons que les effectifs de cette dernière espèce se soient reportés sur d'autres cavités.
Signalons tout de même un bon chiffre pour les petit Rhinolophe avec 58 individus.


Espèces201720162015
Grand Rhinolophe6596169
Petit Rhinolophe583556
Rhinolophe SP

1
Sérotine commune344
Pipistrelle indéterminée628
Barbastelle commune156
Oreillard roux

Oreillard indéterminé1
1
Murin de Daubenton3915
Murin d'Alcathoe

Murin à moustaches232529
Murin à oreilles échancrées598610568
Murin de Natterer4
3
Murin de Bechstein116
Grand Murin152039
Murin indéterminé68
Total784815906

La vedette de l'année avec un record de 58 individus : un petit Rhinolophe

Et une des grappes de Murin à oreilles échancrées. Alors, combien vous comptez ?

 Évolution du total et des 2 espèces principales

Évolution des 4 espèces moyennement représentées

Évolution des 5 taxons en petit nombre
 

vendredi 6 janvier 2017

Pluviométrie 2016

L'année 2016 est très contrastée concernant la pluviométrie !

Après un début d'année très pluvieux avec janvier au double de la moyenne normale, février, mars et mai bien au-dessus de la moyenne, la fin d'année est très sèche avec juillet, aout, octobre et décembre nettement en-dessous des moyennes.

Les chiffres de Cholet sont issus de la moyenne de deux sites avec des écarts mensuels de quelques mm seulement.

Sur cette seconde figure, une comparaison entre Cholet et Nuaillé montre une situation identique avec, au total, seulement 20mm au bénéfice de Nuaillé.

Avec ce fort contraste entre début et fin d'année, le total annuel reste dans la moyenne !

Vous trouverez quelques détails sur la météo du département sur ce lien.